Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
 

Georges Pacheco : Mémoire d’oubliés

Exposition du 5 juin au 6 juillet 2014

 

Qu’ils soient retraités migrants installés en France depuis des années, qu’ils soient en activité ou en attente d’un emploi, tous les résidents impliqués dans ce projet ont vécu un parcours plus ou moins chaotique. Ces destins personnels parfois habités par des blessures, des désillusions ou des souffrances les ont amenés, un jour, à devoir poser leur existence dans une résidence sociale ou une Maison relais. Là, ils trouvent les ressources nécessaires pour recouvrer une certaine dignité, une estime de soi souvent mise à mal dès l’enfance. Ils y rencontrent les personnes et les conditions qui leur permettront de se stabiliser, de trouver de nouveaux repères et d’avancer dans un nouveau projet de vie. Toutes ces personnes ont en commun le fait de se sentir oubliés.
Grâce à ce projet, mené pendant un an en collaboration étroite avec le personnel de l’Association de logements accompagnés Nelson Mandela au Mans, j’ai voulu rendre compte de la mémoire d’une trentaine de résidents volontaires. Pour cela, j’ai d’abord recueilli les témoignages de vie de chacun d’entre eux. En fin d’entretien, je leur ai demandé de m’indiquer la personne ou le moment qu’ils ne pourraient jamais oublier. Dans un second temps, j’ai proposé à chacun de réaliser son autoportrait, en repensant à son parcours existentiel. Puis, à partir de leur réponse concernant l’élément mémoriel inoubliable, j’ai réalisé un travail d’interprétation qui incarnerait les réalités intérieures de chacun et traduirait au mieux son propos et sa personnalité.
Permettre à ces personnes fragilisées de s’exprimer et de livrer leur histoire personnelle est une forme de reconnaissance de la valeur de leur existence. Solliciter cette mémoire, réactiver des souvenirs, voyager dans le passé, cela peut être autant de possibilités de s’interroger sur leur destin et de (re)trouver du sens à ce qui a constitué leur vie. C’est en arpentant ces territoires intérieurs de leur passé que certains pourront commencer un travail de réconciliation avec celui-ci. Enfin, cette approche constitue une sorte d’état des lieux social, au moyen de témoignages révélateurs des systèmes sociaux qui ont engendré ces laissés-pour-compte.
Georges Pacheco

Georges Pacheco se partage entre Le Mans et Arles. Diplômé de l’Ecole nationale supérieure de photographie d’Arles en 2012 et détenteur d’un D.E.A en Psychologie de l’art, il se consacre, depuis plusieurs années, à scruter en profondeur les conditions humaines. Les approches et les dispositifs qu’il met en oeuvre lui permettent d’analyser les processus de représentation sous-jacents au portrait photographique. Il pose sur le genre humain un regard engagé.
Georges Pacheco a exposé, entre autres, à la galerie du Château-d’eau à Toulouse et au Centre portugais de la photographie en 2007, au festival Mai-Photographies de Quimper en 2008, au Centre d’art contemporain Stimultania de Strasbourg en 2009. Dernièrement, ses images ont pu être remarquées à la galerie IMMIX à Paris en 2011, ainsi qu’au festival Les photographiques du Mans et aux Encontros da imagem de Braga, au Portugal, en 2013.

 

En savoir plus

 

Retrouvez toutes les séries associées de cette exposition collective

 

 

Horaires :
Ouvert du jeudi au dimanche de 11h à 18h.
Attention : en raison d’événements privés, il est possible que la Maison de la Photographie soit fermée au public certains jours.

Tarifs :
Normal 8€ / Réduit 5€ ( Carte étudiant, seniors + 65ans , demandeurs d’emplois, détenteurs de carte famille nombreuse )
Gratuit ( Enfants de – 8 ans, bénéficiaires du RSA, personnes à mobilité réduite + 1 accompagnant et lors du vernissage de l’exposition).

Exposition réalisée en partenariat avec Photographie.com

 

Written by