Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
1-16 of 24 results for sexdolls showing most relevant results.
 

Voix du Nord : Droit dans ses bottes, la mairie douche les derniers espoirs de la Maison de la photo

Droit dans ses bottes, la mairie douche les derniers espoirs de la Maison de la photo

En janvier, la ville avait « gelé » sa subvention de 130 000 € à l’association, au bord de l’asphyxie. Et donné rendez-vous en avril. Avril est venu, et le gel s’est transformé en glaciation. Martine Aubry ne bougera pas.

On attendait la droite. Mais le groupe d’opposition Un Autre Lille, pourtant très mobilisé pour la défense de la Maison de la photo, est resté l’arme au pied. Et c’est un ancien adjoint socialiste répudié, Bernard Charles, qui est finalement monté au front en défense de la structure culturelle. Une sortie aux airs de baroud d’honneur. L’association fivoise, en danger de mort depuis le gel en janvier de sa subvention municipale (son dernier financement public) exhorte les collectivités à lui redonner de l’air. En vain.

« Est-ce le moment ? »

« Il n’y a pas eu de réponse (de la mairie) à la demande de rencontre, a déploré Bernard Charles, pointant mezza voce le peu d’empressement de la ville. On entre dans la négociation avec quelle volonté ? Est-ce le moment de regarder ce que font les collectivités ou veut-on soutenir ce projet ? » L’élu regrette le refus de Martine Aubry de prêter le TriPostal pour l’organisation du festival des Transphotographiques 2018. Alors même que la salle municipale sera vide aux dates demandées…

« On ne peut pas faire n’importe quoi », a répliqué, visiblement piquée au vif, l’adjointe PS à la culture. À écouter Marion Gautier, vendredi soir, la messe semblait dite pour la Maison de la photo. La ville, qui en janvier n’excluait pas un déblocage de la subvention en avril, a fait sa religion. Elle ne desserrera pas les cordons de la bourse. Marion Gautier justifie : « L’association ne peut pas faire face à ses charges fixes importantes, loyers et salaires. On n’intervient pas sur le fonctionnement car on n’a pas de garanties sur la pérennité de l’activité. »

Traduction : exit les 130 000 € de subvention annuelle. « Cette somme ne ferait que couvrir leur loyer », a enfoncé le clou Martine Aubry. Le maire a renvoyé dans les cordes les soutiens de la Maison, réunis par une récente tribune  : « Les gens formidables qui soutiennent et qui pétitionnent, qu’attendent-ils pour aider financièrement ? »

Sébastien Berges, Voix du Nord 07 avril 2018 (illustration Phillipe Pauchet)

 

Written by

Depuis 1997, l'Atelier de la Photo, devenu en 2003 la Maison de la Photographie, présente à Lille le meilleur de la Photographie internationale, tout en soutenant la création régionale et la pratique amateur.