Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
1-16 of 24 results for sexdolls showing most relevant results.
 

Nord Éclair : Pascale Mitterrand expose « Un simple témoignage »

Pascale Mitterrand expose jusqu’au 17 mai

« Un simple témoignage »

Hier à Lille, sous le regard admiratif de sa grand-mère, Danielle Mitterrand, Pascale Mitterrand a inauguré sa première exposition officielle de photographies. En noir et blanc ou en couleurs, la jeune photographe a ramené d’Inde une série de clichés sur les Dalits, une population reléguée en marge de la société. Une exposition à découvrir dans le cadre des Transphotographiques.

« Pascale a un regard. Un regard qu’elle sait capter pour le diffuser vers d’autres qu’elle-même… C’est précieux. Cette exposition lui a été demandée pour France Libertés, dans le cadre d’un programme d’adduction d’eau pour les Dalits. Alors pour elle, ce fut une belle aventure qui lui a permis de pénétrer le milieu, les visages, les regards, la population… Et aujourd’hui, elle nous en fait profiter. Nous et tous les Lillois »

Hier, au coeur de l’église Sainte Marie-Madeleine à Lille, Danielle Mitterrand, présidente de la fondation France Libertés, était plutôt fière de sa petite-fille. Toutes deux, presque main dans la main, ont inauguré la première exposition officielle de Pascale Mitterrand. Solennellement accompagnées de Pierre Mauroy, président de la communauté urbaine de Lille, Martine Aubry, maire de Lille, ainsi que le célèbre photographe Willy Ronis, parrain des Transphotographiques de Lille et venu à la rencontre de sa jeune consoeur. A 23 ans, Pascale Mitterrand débute donc sa carrière sur des clichés dits humanitaires. Une série de portraits d’intouchables, ces gens qui en Inde se battent pour leur propre reconnaissance. «Je suis partie en mission pour France Libertés, la fondation que préside ma grand-mère et dont je suis membre, avec le responsable Asie de France Libertés, Alan Deleflie. On est allé en Inde dans le cadre d’un projet qui aide les Dalits, c’est-à-dire les intouchables, à se pro-curer de l’eau. Une expérience qui m’a donc permis de rencontrer ces gens qui généralement vivent dans la misère », explique Pascale Mitterrand, très simplement. « Les intouchables se battent pour leurs droits. Pour aller dans la même église que les autres, pour marcher avec des chaussures comme les autres, pour parcourir les mêmes rues que les autres… Mes
photos sont ici un simple témoignage de la réalité sur place ». En couleur, Pascale Mitterrand expose seule. En noir et blanc, celle-ci collabore avec Philippe Dupuich, qui présente une série de photos sur « L’île de la Réunion, l’île de mille parts ». Au sein de l’église Sainte Marie-Madeleine, les Transphotographiques mettent également en avant les travaux de Vanni Calanca, « E la sua Leica », toujours sur le même thème des parias d’Inde. Premières rencontres internationales sur la photo-graphie organisées à Lille, les Transphotographiques sont un festival d’expositions, de débats, de conférences, de projection et d’échange sur la photographie actuelle. L’objectif étant bien sûr de pro-mouvoir l’art de la photo, auprès d’un large public amateur ou non, de sensibiliser aux horizons nouveaux ouverts par les nouvelles technologies, et de faire dialoguer les nombreux acteurs du monde de l’image.

Julia Méreau

Nord Éclair du 6 mai 2001

 

Written by

Depuis 1997, l'Atelier de la Photo, devenu en 2003 la Maison de la Photographie, présente à Lille le meilleur de la Photographie internationale, tout en soutenant la création régionale et la pratique amateur.