Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
1-16 of 24 results for sexdolls showing most relevant results.
 

Nord Éclair : Eux ont du grain sur la pellicule et lui a comme un grain…

Eux ont du grain sur la pellicule et lui a comme un grain…

La Maison de la photo, à Fives, accueille deux expositions très différentes, entre le regard réaliste du collectif Du grain à moudre et les scénarios un peu dingues du Lillois Marc Dubord.

En attendant les Transphotographiques, les amateurs d’images peuvent pousser la porte de la Maison de la photo, pour contempler deux conceptions radicalement différentes. Au rez-de-chaussée, les images du collectif Du grain à moudre. Ces quatre reporters qui trempent encore leur pellicule dans le révélateur sont les lauréats de la Bourse à la création 2008. Cédric Friggeri vient de Lyon, David Ameye de Liège, Arno Brignon de Toulouse et Julien Pebrel de Paris. Tous ont parcouru Lille au gré de leurs envies, l’un aux Bois-Blancs, l’autre à Fives, le troisième à Moulins et le dernier dans les pas des autres. « On a essayé de traduire l’émotion qu’on a partagée à Lille, où on a croisé des gens vachement ouverts, vachement sympas et des personnages très atypiques », explique Arno. Leur expo est brute de décoffrage. C’est Lille telle qu’on ne la voit jamais dans le magazine municipal. À l’étage au contraire, un retoucheur d’image professionnel. Le Lillois Marc Dubord passe des mois sur son ordinateur pour passer ses images à la moulinette. Ancien hockeyeur, ancien travailleur social, il s’est mis à la photo en 2005. Il a commencé par se mettre en boîte lui-même puis son fils, puis un modèle, puis plusieurs. Adepte des shootings collectifs, il crée de véritables scénarios dans des images très inspirées. Le tout avec les moyens du bord et les bonnes volontés. « J’essaie de faire en sorte que tout le monde amène des idées », explique-t-il. Et ça marche : les modèles en redemandent. « Marc a un monde bien à lui, il n’a pas de limites », confie l’une d’elle. Le Lillois aime particulièrement créer des « tronches ». « Avec lui, il ne faut pas attacher d’importance à son image, c’est pas du tout l’idée », sourit un jeune mannequin qui, dans la vraie vie, est loin d’être laid.

Youenn Martin , Nord Éclair du 10 avril 2010

 

Ci-dessus : trois des quatre membres du collectif Du grain à moudre. Ci-dessous : Marc Dubord, entouré de sa bande d’amis, modèles et stylistes, qui participent de bon coeur à ses séances.

Written by

Depuis 1997, l'Atelier de la Photo, devenu en 2003 la Maison de la Photographie, présente à Lille le meilleur de la Photographie internationale, tout en soutenant la création régionale et la pratique amateur.