Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
 

Voix du Nord : Territoires naturels, urbains et intimes

Territoires naturels, urbains et intimes

La cinquième édition des Transphotographiques commencera le 25 mai, à Lille


L’objectif est clair et l’ambition à sa hauteur : avec sa cinquième édition, le festival Transphotographiques compte parmi les rendez-vous incontournables des photographes amateurs et professionnels. « Depuis l’année dernière, nous bénéficions de l’intervention d’un commissaire général pour élaborer la thématique du programme officiel, explique Olivier Spillebout, directeur et fondateur des Transphotographiques. Ce festival est euro-régional : il accueil des photographes du monde entier et se déroule aussi bien à Arras, Valenciennes, Lens, Lille que Courtrai ».

Images arrêtées

Son inauguration officielle se tiendra au palais des Beaux Arts de Lille, le 25 mai. Elle donnera le point de départ de treize expositions articulées autour d’une seule thématique : le territoire. Ce choix est celui du commissaire général, Anne de Mondenard, historienne de la photographie et responsable du fonds de photographies de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. « J’ai orienté cette programmation sur la question du territoire quand j’ai appris que Raymond Depardon réalisait pour la région Nord- Pas-de-Calais un état des lieux », précise Anne de Mondenard. Pendant quatre ans, le célèbre photographe parcourt toute la France et fixe des images des lieux. « La représentation du territoire a fait l’objet d’une commande de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) dans les années 1980, avec un projet artistique. Cela à marqué toute une génération de photographes et le territoire a pris un sens large. La périphérie urbaine en a fait partie, en plus de la nature ». comme le montreront les expositions, le quotidien ou l’univers intime entrent aussi dans cette nouvelle définition. Par exemple, le photographe de mode, Paolo Roversi, s’inspire de son studio comme d' »un espace à remplir », d' »un petit théâtre d’imagination avec un modeste équipement ». À l’inverse, Thibaut Cuisset explore le « dehors absolu », où l’homme n’a eu aucune incidence.

Off

Le festival est aussi l’occasion de mettre l’accent sur les créations des artistes de la région, qui sont majoritaires dans la sélection du Off. « Nous avons de plus en plus de demandes, souligne Olivier Spillebout, avec énormément d’images numériques ». Une série de conférences, notamment sur l’usage du numérique par le grand public, apportera des éclaircissements sur le 6ème art. Les Transphotographiques mettent à l’honneur, chaque année, un photographe qui se voit attribuer une commande sur la Ville de Lille. Christian David, lauréat de la 4ème bourse de la création, exposera ses images créées à partir de sténopé, c’est à dire d’une boite noir sans objectif et équipée par un négatif en papier. Le festival organise enfin des rencontres avec les autres grandes manifestations européennes (Arles, Pologne, Slovaquie…)

Pierric Maelstaf, Voix du Nord du 24 avril 2005

le festival, dirigé par Olivier Spillebout, est un passage très prisé par les photographes (photo Karine Delmas)
Written by

Depuis 1997, l'Atelier de la Photo, devenu en 2003 la Maison de la Photographie, présente à Lille le meilleur de la Photographie internationale, tout en soutenant la création régionale et la pratique amateur.

`