Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
1-16 of 24 results for sexdolls showing most relevant results.
 

De Lille Design au Design de Lille, c’est possible !

De Lille Design au Design de Lille, c’est possible !

L’une nouvelle élue passionnée de culture ; l’autre conseiller municipal de longue date ayant régulièrement soutenu  les initiatives culturelles de nos quartiers Lillois, nous nous devons de réagir au navrant trompe-l’oeil de ce 9 septembre 2020.

Aujourd’hui  même en effet s’ouvrent au public les manifestations de « Lille Capitale mondiale du Design ».

« Prendre soin, ville collaborative, économie circulaire et action publique », quatre priorités que l’on assure vouloir mettre en valeur à côté de celles de l’habitat et de la mobilité.

Une méthode est promue dans le jargon des technocrates anglophiles, les « POC », « Proofs Of Concept », des « preuves par l’expérimentation » avec cette affirmation que Lille serait la ville du « design making » et pas uniquement du « design thinking ».

Mais derrière cette novlangue se dissimule le plus sinistre des dénis culturels, l’étouffement jusqu’à ce que mort s’en suive de  la « Maison de la photographie » qui a été contrainte d’annoncer sa fermeture prévue dès le lendemain de l’exposition inaugurée ce même jour des œuvres photographiques de Charlotte Perriand, grande désigneuse française, et des photographes régionaux  Bololo (Loïc Pénet) et Alban Gernigon.

On croit déjà réentendre les ricanements incultes et technocratiques plusieurs fois opposés en conseil municipal aux lanceurs d’alerte de l’opposition municipale. « Obsession maladive », nous répondront les éternels adversaires de fait de la liberté de création des bénévoles et des quartiers… Cela n’entamera en rien notre attachement à des valeurs qui pour l’heure leur semblent étrangères.

Il y a 24 ans naissait la « Maison de la photo », idée d’abord puis réalisation, l’exemple même de ce que les technocrates verbeux des temps présents baptisent « design making ». Pendant de longues années, précisément, elle fut soutenue par la ville et les collectivités publiques, peut-être par passion sincère de l’art photographique, sûrement parce qu’elle a contribué à l’attractivité culturelle de notre territoire. A l’inverse, sa disparition aujourd’hui organisée par les mêmes qui l’avaient soutenue témoigne d’un souverain désintérêt pour les résultats concrets de l’action culturelle.

  Tout au long de son existence, la « Maison de la photo » s’est attachée à rendre accessible au plus grand nombre, au cœur même du quartier populaire de Fives, les travaux des plus grands photographes français et internationaux, et de les y recevoir. Partager le beau, les beaux,  favoriser par une synergie la dynamique des initiatives locales, donner corps à la ville collaborative, participer au développement de l’économie circulaire, faire éclore et encourager les talents émergents et les populations.

L’étouffement organisé depuis quelques années de la « Maison de la photo » est en flagrante contradiction avec les valeurs invoquées par « Lille Design » : l’économie circulaire ne peut  se vivifier sans cet ancrage territorial qu’ici on supprime, sans collaboration, dans l’isolement, l’indifférence et le rejet.

Dans un récent « tweet » relatif au lancement des manifestations de « Lille Capitale Mondiale du Design », le maire de Lille évoquait « des œuvres pour réparer le Monde et concevoir une autre société »… n’est-ce pas un pompier pyromane, qui prétend réparer ce qu’il a endommagé par indifférence et manque de dialogue ?

Il est encore temps d’empêcher cette disparition !

Bien sûr, nous souhaitons à « Lille Capitale Mondiale du Design » de rencontrer un succès populaire, et d’enraciner ses valeurs sur notre territoire. Nous aspirons également à ce qu’ensemble acteurs culturels et pouvoirs publics dessinent le design de Lille. Un premier signal positif de cet « ensemble » enfin réalisé serait, précisément, de sauver la « Maison de la photo » en renouant le dialogue. Chacun doit pouvoir trouver sa place, d’autant plus aisément que « Lille Capitale du Design » semble concentrée sur des expositions éphémères alors même que la crise économique et sanitaire incite à privilégier le durable au détriment des paillettes ou de l’évènementiel.

Nous y appelons solennellement chacun des partenaires concernés, désireux de promouvoir une culture qui s’ancre dans le temps long.

Vanessa Duhamel et Bernard Charles, Conseillers Municipaux de Lille

Written by

Depuis 1997, l'Atelier de la Photo, devenu en 2003 la Maison de la Photographie, présente à Lille le meilleur de la Photographie internationale, tout en soutenant la création régionale et la pratique amateur.