Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Maison de la Photographie / Lille / Hauts-de-France
1-16 of 24 results for sexdolls showing most relevant results.
 

DailyNord : La Maison de la Photo demande à Xavier Bertrand de suspendre l’Institut européen pour la Photographie !

La Maison de la Photo demande à Xavier Bertrand de suspendre l’Institut européen pour la Photographie !

Alors que débute ce mercredi un colloque de trois jours sous l’égide du futur Institut pour la photographie,  voulu par Xavier Bertrand et Martine Aubry à Lille, Olivier Spillebout, fondateur de la Maison de la Photo, sonne le tocsin. Et invite le président de Région Xavier Bertrand à suspendre son projet.

La Maison de la Photographie ne veut pas éteindre la lumière ! Olivier Spillebout, le fondateur de l’établissement situé à Lille-Fives, se bat et croise le fer contre l’adversité. Depuis l’été, le président divers droite des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, et la maire socialiste de Lille, Martine Aubry, se sont accordés sur l’installation d’un grand institut européen de la photographie inspiré des Rencontres d’Arles, la grande référence* des arts photographiques. Problème :

l’actuelle maison de la photographie de Lille est devenue elle aussi une référence en vingt ans d’existence et le rendez-vous des Transphotographiques et ses grands noms a nourri l’attractivité de la ville et de l’agglomération. Y-aurait-il doublon ?

La bataille de la photo a pris un tour particulier avec l’arrêt brutal cette année des subventions municipales -130 000 euros-. Couper ainsi les vivres peut tout simplement être fatal à la petite entreprise culturelle dont la situation financière n’est pas au mieux comme beaucoup de ses homologues, et les règles budgétaires des collectivités locales encadrent les subventions. Et le régime administratif de la Maison de la Photo – les murs ont été cédés à une SCI pour 1 350 000 euros, moins l’endettement lié à un prêt – ne plaît pas forcément à la municipalité qui préfère avoir la maitrise sur le dispositif plutôt que ce drôle de partenariat public/privé. C’est le spectre de la disparition pure et simple qui plane désormais sur la Maison de la Photo. Cette dernière va resolliciter un volant de subventions. Sans y croire.

Il faut approfondir les études

En projetant d’installer l’Institut dans l’ancienne école Edouard Lalo du Vieux-Lille, un bâtiment qui appartient à la Métropole européenne de Lille, Xavier Bertrand et Martine Aubry veulent doter la métropole et la région d’un lieu de rendez-vous à la hauteur des ambitions européennes d’une agglomération. Ils poussent résolument le programme de l’équipement culturel qui n’a pas vocation à jouer les Arlésiennes. A la Maison de la Photo, on tire à boulets rouges sur ce projet estimé à 22 millions d’euros (10 millions d’investissement et 3 millions par an pendant le mandat régional) et qui donne des munitions aux détracteurs du Tout pour Lille, vieille pierre d’achoppement de l’aménagement régional. On pointe un comité d’experts fantoche, une dimension insuffisante – 3600 mètres carrés dont 1500 mètres carrés d’exposition seulement -, une précipitation qui nuit au bien-fondé du projet, un manque de transparence dans les décisions et un déficit de concertation.

Et d’appeler carrément Xavier Bertrand à suspendre le projet d’Institut et d’approfondir les études en réunissant autour de la table les experts et artistes concernés. Selon Olivier Spillebout, associer les Rencontres d’Arles à Lille est un contre-sens : ” Arles ne peut pas incarner Lille et le territoire des Hauts-de-France, cela créé une confusion“. Lille ne doit pas devenir une “filiale” d’Arles. La Maison de la Photo va même plus loin en stigmatisant une certaine condescendance vis-à-vis des structures et festivals existants. Le concept d’Arles-en-Lille est ni plus ni moins qu’”une véritable OPA hostile des rencontres d’Arles “, fustige-t-on à la Maison de la Photo. Précision: les Rencontres d’Arles siègent au conseil d’administration de l’Institut. Maison contre Institut. Puisque la première est en sursis, on demande la suspension du second. Le match est lancé.

La politique n’est certes pas absente du dossier en ces temps de pré-campagne électorale. Et les relations entre l’équipe de la Maison de la Photo et Martine Aubry ont tourné vinaigre depuis longtemps. Le ton a encore monté d’un cran quand l’ancienne directrice de cabinet de Martine Aubry, épouse du directeur de la Maison de la Photo, a rejoint il y a quelques mois l’équipe de campagne de Christophe Itier, le membre du gouvernement En Marche futur adversaire de la maire de Lille.

Xavier Bertrand et Martine Aubry dans le même bateau

Le PetitThéâtre/Dailynord a déjà analysé l’insolite rapprochement entre un Xavier Bertrand toujours revendiqué de droite – mais sans étiquette partisane – et une Martine Aubry de gauche pour préempter les thèmes culturels et alimenter leurs itinéraires respectifs. Et le forfait de la gauche entre les deux tours de l’élection régionale de 2015 contre son soutien à Xavier Bertrand apporte de l’eau au moulin du retour d’ascenseur.
En 2016, la région fait voter en commission permanente une grosse enveloppe de 3 millions d’euros à Lille 3000, le grand événement culturel de la ville de Lille dédié pour sa cinquième édition de 2019 à l’Eldorado du Mexique, d’ailleurs généreusement abondé par les institutions, ce qui peut faire tiquer certains. Aujourd’hui, l’Institut de la Photographie déroule sur trois jours et plusieurs sites de la métropole lilloise un premier colloque de préfiguration placé sous l’égide des rencontres d’Arles. Duquel la Maison de la Photo est absente**… Mais pas muette.

article de Marc Prévost, DailyNord 17 octobre 2018

Written by

Depuis 1997, l'Atelier de la Photo, devenu en 2003 la Maison de la Photographie, présente à Lille le meilleur de la Photographie internationale, tout en soutenant la création régionale et la pratique amateur.